Bach - Mendelssohn - Mozart - La bible musicale et ses passionnés prophètes
François Dumont, piano
Bach - Mendelssohn - Mozart - La bible musicale et ses passionnés prophètes Book
Tue Aug 02, 2022 from 09:00 PM to 10:30 PM Add to my calendar
Timezone : Europe/Paris
2022-08-02 21:00:00 2022-08-02 22:30:00 Europe/Paris Bach - Mendelssohn - Mozart - La bible musicale et ses passionnés prophètes Reservations on : https://www.billetweb.fr/bach-mendelssohn-mozart-la-bible-musicale-et-ses-passionnes-prophetes -- Publié en 1735, le Concerto Italien témoigne de toute la maîtrise de Bach dans son assimilation du "goût italien" à son propre langage polyphonique. Avec son allure joyeuse de 'concerto grosso', le premier mouvement imite les contrastes dynamiques entre tutti d'orchestre et solo, rendus possibles au clavecin par les sonorités différentes des deux claviers. Le second mouvement déroule, sur fond de basse obstinée,  une des plus belles cantilènes instrumentales du Cantor, tandis que le finale prend des allures de toccata étincelante. La figure emblématique de Bach est comme la source éternelle de l’histoire de la musique : la richesse de sa pensée polyphonique, l’inventivité harmonique et la profonde humanité et universalité de son œuvre ont influencé de multiples générations de compositeurs jusqu’à aujourd’hui.  Paradoxalement, les œuvres du génial et prolifiques Cantor de Leipzig sont tombées dans un oubli quasiment total pendant près de cent ans. Il faudra attendre 1829 pour que Mendelssohn ressuscite littéralement la Passion selon Saint-Matthieu dans une mémorable exécution publique. Il avait grandi dans le culte secret de Bach grâce à sa grand-tante maternelle Sarah Itzig Levy, qui avait étudié avec un des fils Bach. La rigueur contrapuntique, le sens des proportions et la solidité architecturale sont des caractéristiques de l’œuvre de Mendelssohn directement héritées de l’écriture de Bach.  La Fantaisie en ré mineur (1782)  est peut-être une précieux témoignage de ce que pouvaient être les improvisations de Mozart au pianoforte, laissant libre cours à son imagination - L’idée même de « fantaisie » se réfère à une forme libre, malléable aux caprices de la pensée. Elle dénote également la fréquentation des œuvres de Bach pour qui Mozart se passionnait à cette époque. Depuis 1781, de retour à Vienne, Mozart est plongée dans une étude intense de Bach, grâce à la bibliothèque du Baron van Swieten, un de ses fidèles protecteurs. Dans une lettre du 10 avril 1782, Mozart témoigne: « chaque dimanche à midi, je rends visite au Baron Van Swieten et là nous ne jouons rien d’autre que Händel et Bach. Je suis en train de rassembler une collection de fugues de Bach, c’est à dire Sebastian aussi bien qu’Emmanuel et Friedmann ». Mozart avait auparavant connu un autre des fils Bach, Johann Christian (le Bach de Londres), élève également de Padre Martini à Bologne, mais de plus de vingt ans l’aîné de Mozart. Chamberet, France Association AMELI

Publié en 1735, le Concerto Italien témoigne de toute la maîtrise de Bach dans son assimilation du "goût italien" à son propre langage polyphonique. Avec son allure joyeuse de 'concerto grosso', le premier mouvement imite les contrastes dynamiques entre tutti d'orchestre et solo, rendus possibles au clavecin par les sonorités différentes des deux claviers. Le second mouvement déroule, sur fond de basse obstinée,  une des plus belles cantilènes instrumentales du Cantor, tandis que le finale prend des allures de toccata étincelante.

La figure emblématique de Bach est comme la source éternelle de l’histoire de la musique : la richesse de sa pensée polyphonique, l’inventivité harmonique et la profonde humanité et universalité de son œuvre ont influencé de multiples générations de compositeurs jusqu’à aujourd’hui. 

Paradoxalement, les œuvres du génial et prolifiques Cantor de Leipzig sont tombées dans un oubli quasiment total pendant près de cent ans. Il faudra attendre 1829 pour que Mendelssohn ressuscite littéralement la Passion selon Saint-Matthieu dans une mémorable exécution publique. Il avait grandi dans le culte secret de Bach grâce à sa grand-tante maternelle Sarah Itzig Levy, qui avait étudié avec un des fils Bach. La rigueur contrapuntique, le sens des proportions et la solidité architecturale sont des caractéristiques de l’œuvre de Mendelssohn directement héritées de l’écriture de Bach. 

La Fantaisie en ré mineur (1782)  est peut-être une précieux témoignage de ce que pouvaient être les improvisations de Mozart au pianoforte, laissant libre cours à son imagination - L’idée même de « fantaisie » se réfère à une forme libre, malléable aux caprices de la pensée. Elle dénote également la fréquentation des œuvres de Bach pour qui Mozart se passionnait à cette époque.

Depuis 1781, de retour à Vienne, Mozart est plongée dans une étude intense de Bach, grâce à la bibliothèque du Baron van Swieten, un de ses fidèles protecteurs. Dans une lettre du 10 avril 1782, Mozart témoigne: « chaque dimanche à midi, je rends visite au Baron Van Swieten et là nous ne jouons rien d’autre que Händel et Bach. Je suis en train de rassembler une collection de fugues de Bach, c’est à dire Sebastian aussi bien qu’Emmanuel et Friedmann ». Mozart avait auparavant connu un autre des fils Bach, Johann Christian (le Bach de Londres), élève également de Padre Martini à Bologne, mais de plus de vingt ans l’aîné de Mozart.

Read more
Organizer
Association AMELI
6 Esteyriches Norde 19160 Latronche
05 55 27 85 44