Bach x 4 ! Hélène Schmitt & Luceram Ensemble
CONCERTS DE MONSIEUR CROCHE présentent :
Bach x 4 ! Hélène Schmitt & Luceram Ensemble Book
Wed May 13, 2020 from 08:30 PM to 11:30 PM Add to my calendar
2020-05-13 20:30:00 2020-05-13 23:30:00 Europe/Paris Bach x 4 ! Hélène Schmitt & Luceram Ensemble Reservations on : https://www.billetweb.fr/bach-x-4-helene-schmitt-luceram-ensemble -- Monsieur Croche Goes Baroque !Un merveilleux programme "4 x Bach" de concertos, suites, sinfonias et sonates par la violoniste Hélène Schmitt, qui dirige son Ensemble Luceram.Johann Sebastian Bach (1685-1750)Concerto pour violon en la mineur BWV 1041, Köthen (circa 1720)Johann Christian Bach (1735-1782)Cinquième sonate en ré majeur pour clavecin ou pianoforte et violon, dédiée à Miss Greenland opus XVI (London 1780)Wilhelm Friedemann Bach (1710-1784)Concerto pour clavecin en ré majeur F 41, Dresden (1735-1740)Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)Sinfonia en si mineur Wotquenne 182/5, H 661, pour cordes et basse continue Hamburg (1773)Johann Sebastian Bach (1685-1750)Concerto pour violon en mi majeur BWV 1042, Köthen (circa 1720)Hélène Schmitt violon et directionFrançois Guerrier clavecinLuceram EnsembleViolons : Hélène Schmitt, Rafael Becera, Matilde Loureiro, Clara Mühlethaler, Dario Moreno, Simon PierreAltos : Elisabeth Sordia, Alix BoivertVioloncelle : François Gallon : violoncelleContrebasse : Agustin OrchaThéorbe : Bruno HelstrofferClavecin : François Guerrier Salle Gaveau, 45 Rue de la Boétie, Paris, France MONSIEUR CROCHE & CO. SAS

Monsieur Croche Goes Baroque !


Un merveilleux programme "4 x Bach" de concertos, suites, sinfonias et sonates par la violoniste Hélène Schmitt, qui dirige son Ensemble Luceram.


Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Concerto pour violon en la mineur BWV 1041, Köthen (circa 1720)

Johann Christian Bach (1735-1782)
Cinquième sonate en ré majeur pour clavecin ou pianoforte et violon, dédiée à Miss Greenland opus XVI (London 1780)

Wilhelm Friedemann Bach (1710-1784)
Concerto pour clavecin en ré majeur F 41, Dresden (1735-1740)

Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)
Sinfonia en si mineur Wotquenne 182/5, H 661, pour cordes et basse continue Hamburg (1773)

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Concerto pour violon en mi majeur BWV 1042, Köthen (circa 1720)

Hélène Schmitt violon et direction
François Guerrier clavecin
Luceram Ensemble
Violons : Hélène Schmitt, Rafael Becera, Matilde Loureiro, Clara Mühlethaler, Dario Moreno, Simon Pierre
Altos : Elisabeth Sordia, Alix Boivert
Violoncelle : François Gallon : violoncelle
Contrebasse : Agustin Orcha
Théorbe : Bruno Helstroffer
Clavecin : François Guerrier

Read more
Organizer
MONSIEUR CROCHE & CO. SAS
8 rue Lemercier, 75017, PARIS, France
0630364625

A Propos des Concerts de Monsieur Croche


Ce concert fait partie de la deuxième saison, 2019/2020 des Concerts de Monsieur Croche, Salle Gaveau, à Paris.

Elle présente cette fois neuf récitals de piano et s'élargit à d'autres événements pour former une saison de 13 concerts.

Cette nouvelle saison des Concerts de Monsieur Croche marque sa fidélité à des artistes tels que Lukas GeniušasPavel Kolesnikov ou Henri Barda qui ont donné des récitals marquants l’année dernière.

Nous sommes fiers d’accueillir le géant Bruno-Leonardo Gelber, d’honorer Françoise Thinat, de donner à ré-entendre un autre géant, Emile Naoumoff. Parmi les jeunes pianistes français, noter choix exclusif s’est porté sur Rémi Géniet. Et Yevgueny Sudbin fera cette saison sa rentrée à Paris aux Concerts de Monsieur Croche. À Paris où il n’a pas été invité depuis bien longtemps, on se demande bien pourquoi. 

Notre concert d’ouverture aura toujours pour vocation de présenter un grand Maître méconnu. Après Vladimir Feltsman la saison dernière, c’est le pianiste Peter Rösel, sans doute le plus grand pianiste allemand vivant, absent en récital à Paris depuis bien 40 ans, qui inaugurera la deuxième saison des Concerts de Monsieur Croche.

Un « Festival Piano Frenezy » est créé et a vocation à devenir récurrent, proposant 4 grands récitals dans une même journée, avec des artistes magnifiques, connus ou pas, jeunes ou pas, mais qui mériteraient une bien plus grande notoriété.

Outre le piano, la programmation s'élargit avec un concert de musique de compositeurs ou sur des thèmes juifs, un concert baroque Bach par Hélène Schmitt et son ensemble baroque Luceram... et même un « concert-caprice » mais très sérieux, consacré à la musique de Vladimir Cosma pour mandoline, avec la révélation d’un instrumentiste exceptionnel : Vincent Beer-Demander.

Nous tisserons dans le fil de la programmation des œuvres de compositeurs français contemporains, et la musique de compositeurs du XXe siècle peu honorés.

Nous développerons en outre un volet pédagogique ouvert au public, qui sera détaillé ultérieurement, à travers des Masterclasses que certains de nos artistes invités offriront, en plus de leur concert. 

Le lancement de cette programmation s’accompagne d’initiatives pour renforcer la communauté singulière qui se créée autour des Concerts de Monsieur Croche et de leur démarche d’indépendance.

Une association des amis voit le jour. Une campagne de crowdfounding sera lancée afin de nous donner davantage de moyens pour installer notre notoriété et soutenir notre dynamique commerciale.  L’attractivité pour le public de tels concerts doit en effet emprunter les moyens techniques actuels pour informer et promouvoir, et cela dans le sens de ce que nous défendons. 

Nous déploierons à cet égard une politique tarifaire de réservation originale, afin d’offrir à nos clients-spectateurs un accès fluide aux informations et à l’achat de leurs places, un niveau de service élevé et un accompagnement, avant et après le concert, toujours plus qualitatif. 

La qualité rédactionnelle des documents que nous produisons pour faire connaître notre travail, qu’ils soient imprimés ou publiés sur Internet, est une marque de fabrique des Concerts de Monsieur Croche.   

Nous poursuivrons dans cette voie : car la promotion des « plaisirs difficiles » est notre métier, et pour cela il faut informer, raconter, émouvoir. 

Cette série de concerts n’a demandé à personne l’autorisation d’exister. Elle se caractérise par une indépendance et une liberté qui font, croyons nous, sa singularité. Le revers de la médaille est qu’elle a besoin de votre soutien militant pour se faire connaître ! S’abonner ou réserver à l’avance en est l’expression la plus utile. Nous avons retravaillé nos tarifs pour les rendre accessibles à tous, et nos abonnements pour les rendre aussi souples et avantageux que possible.

www.concertsdemonsieurcroche.com

https://www.facebook.com/MonsieurCroche/

L’Ensemble Luceram, dirigé par Hélène Schmitt, nous invite à apprécier quatre compositeurs dans la dynastie des Bach, aux langages appariés et cependant divergents, où le génie du père, Johann Sebastian, réverbère ses couleurs dans les trames solides et indépendantes des fils, Wilhelm Friedemann, Carl Philipp Emmanuel et Johann Christian.

Wilhelm Friedemann, parfois surnommé le Bach de Halle, si talentueux et aux foucades imprévisibles, ne jouit, durant sa carrière contrariée, de la même reconnaissance accordée à son cadet Carl Philipp Emmanuel, claveciniste à la cour de Frédéric II, ou à son demi-frère Johann Christian, surnommé le Bach de Londres et particulièrement estimé de Mozart.

Chacun des fils montre cette verve, si typique du langage du père, et façonnée toutefois avec les exigences de leurs personnalités et celles de leur époque condamnant la sévérité savante pour chercher à s’approprier le fameux « naturel » si prisé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Ce programme célèbre quatre tons, quatre manières de quatre grands compositeurs ; l’esprit du concerto y est à la fête, mais aussi les premiers fondements de la symphonie et même les festons du duo pour clavecin et violon, fleurons du style préclassique et rococo, où soufflent pourtant les premiers tourments du Sturm und Drang.

Révérés à leur époque, oubliés au XIXe siècle, puis chéris à nouveau au point de figurer dans le répertoire instrumental comme l’un des plus aimés du public, puis à nouveau boudés, les concerti pour violon de Johann Sebastian Bach, véritables sommets dans le répertoire de soliste, nous élèvent vers cette altitude particulière où la beauté coupe le souffle.

Le cantor, familier des plus hautes aspirations, les traite avec cet « italienische Gusto » qu’il révère et pétrit à sa manière : la liesse n’y est jamais absente mais elle cingle et jaillit des profondeurs plutôt que de la légèreté, cette légèreté subtile et sensible qui sera, elle, si chère à ses fils et à l’époque des Lumières.