Colloque : La Mémoire à l'épreuve de la déportation
Colloque international interdisciplinaire
Colloque : La Mémoire à l'épreuve de la déportation Book
Thu Mar 11, 2021 at 10:00 AM to Sat Mar 13, 2021 at 01:00 PM Add to my calendar
Timezone : Europe/Paris
2021-03-11 10:00:00 2021-03-13 13:00:00 Europe/Paris Colloque : La Mémoire à l'épreuve de la déportation Reservations on : https://www.billetweb.fr/colloque-la-memoire-a-lepreuve-de-la-deportation -- Présentation : Mémoire n’est pas Histoire. La mémoire concerne l’ensemble des phénomènes singuliers marquant une expérience. Nous parlons ici de l’expérience de déportation qu’ont vécu des millions d’êtres humains. Comment cette expérience fut-elle vécue par chacun ? Comment est-elle portée ? Pourquoi faut-il la porter dans la postérité ? Par quel moyen ? Nous verrons tout au long de ce colloque que dès la sortie de la guerre, les déportés eurent besoin de se retrouver et de faire corps pour imaginer la lutte contre une nouvelle barbarie. D’autres firent œuvre. On se souvient de Semprun, de Primo-Levi, de Frankl. Pourquoi est-il si important de graver les histoires dans les œuvres ? ou dans l’Histoire ? Tout se transmet-il consciemment ? Il se pourrait bien que notre corps enregistre notre vécu et en témoigne par des modifications génétiques dues aux traumatismes. Que devient l’Histoire dans ce cas ? Elle se transmet de façon intergénérationnelle. Comme chaque année, le colloque proposera une ouverture : celle de la mémoire des lieux. Nous parlerons d’abord des camps français, puis, d’autres expériences (le Rwanda, le Cambodge), et ferons le lien avec la question de la Déportation organisée par les Nazis. en ligne Ophélie Andrieu

Présentation :

Mémoire n’est pas Histoire. La mémoire concerne l’ensemble des phénomènes singuliers marquant une expérience. Nous parlons ici de l’expérience de déportation qu’ont vécu des millions d’êtres humains. Comment cette expérience fut-elle vécue par chacun ? Comment est-elle portée ? Pourquoi faut-il la porter dans la postérité ? Par quel moyen ?

Nous verrons tout au long de ce colloque que dès la sortie de la guerre, les déportés eurent besoin de se retrouver et de faire corps pour imaginer la lutte contre une nouvelle barbarie. D’autres firent œuvre. On se souvient de Semprun, de Primo-Levi, de Frankl. Pourquoi est-il si important de graver les histoires dans les œuvres ? ou dans l’Histoire ?

Tout se transmet-il consciemment ? Il se pourrait bien que notre corps enregistre notre vécu et en témoigne par des modifications génétiques dues aux traumatismes. Que devient l’Histoire dans ce cas ? Elle se transmet de façon intergénérationnelle.

Comme chaque année, le colloque proposera une ouverture : celle de la mémoire des lieux. Nous parlerons d’abord des camps français, puis, d’autres expériences (le Rwanda, le Cambodge), et ferons le lien avec la question de la Déportation organisée par les Nazis.



Read more
Location
Organizer
Ophélie Andrieu